Accueil

L'Association

Téléchargement

Photos

Contacts

Liens

 

Admin

Statuts

STATUTS

Nouvelles

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Infos

Webmaster :
G.PICARD

Envoyer un message


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 167762 visites

A bientôt Françoise

A très bientôt parmi nous Françoise !

Avouez un peu que ça fait drôle... Paris sans la Tour Eiffel ou Athènes sans le Parthénon... Ben voilà, on y est : L'Echo de la Serre sans Françoise...
Loin de moi l'idée qu'elle ne serait qu'un monument pour touristes ! Philippe n'apprécierait pas... Elle est beaucoup plus que cela ! Elle a incarné notre chorale depuis tant d'années, en a été l'âme en y consacrant beaucoup, beaucoup de temps et d'énergie. Trop peut-être ? Non, on ne donne jamais trop...
De toute façon, elle ne sait pas faire autrement.
Elle en est parfaitement consciente et c'est sans doute pour cela que, tant qu'à se désengager de ses multiples activités, elle y va franchement ! Stop ! Basta, Arrivederci. Bye...
Il y a des moments de vérité dans nos vies qu'il faut savoir percevoir et saisir. C'en était un, on comprend … mais mince, ça fait un peu mal !
Je n'arrive pas à imaginer la chorale sans elle.
Comme Présidente d'abord : Maîtrisant les sujets à la perfection, maîtrisant leur timing aussi. Je suis témoin que, durant l'année, les réunions s'enchaînaient et déroulaient les sujets à traiter, sans accroc ni retard. Il fallait tout cela, tout ce travail de l'ombre pour que notre année de choriste se déroule sans anicroche.
Comme choriste ensuite : Je n'aurais jamais pensé ne plus l'avoir dans mon coin d'oeil droit, tour à tour sérieuse ou un petit sourire moqueur accroché à ses lèvres...
Une page se tourne brutalement, si brutalement que je n'ai même pas eu la présence d'esprit d'en immortaliser la trace le soir de l'AG...
Tu n'imagines pas, Françoise, comme j'ai été bouleversé de te voir partir comme ça, avant la fin de la soirée, ton bouquet à la main (merci Gaby!). Sans doute, la période actuelle n'est pas propice aux effusions, mais te voir sortir seule était juste surréaliste.
Te voilà donc partie... Définitivement ? Pas sûr n'est-ce pas ?
Quand j'étais petit et que ma voix tutoyait le registre des soprani, mes parents n'avaient rien trouvé de mieux que de me faire chanter devant la famille. Très souvent... Classique me direz-vous. Il me fallait monter sur la table,imaginez la scène ! L'appel au 119 n'existait pas encore!
Je ne résiste pas à l'envie de vous mettre les paroles de cette ritournelle apprise à l'école sur une musique de Mozart :


Reviens beau mois de mai, fais chanter tous les oiseaux,
ravive la gaieté sous l'ombrage des ormeaux.
Redonne à la violette, l'éclat de son printemps,
et que la pâquerette, fleurisse dans les champs
.

C'est bien ce que nous pouvons espérer : un retour de jours meilleurs. Fini le tout gris et vive les couleurs !
Profite, Françoise, de cette liberté que tu t'accordes. Vous l'avez bien méritée, Philippe et toi.
Profite puis reviens-nous vite, avec le printemps... Après tout, il y a bien une vache violette, pourquoi n'y aurait-il pas un petit lapin bleu... ?
On t'embrasse, et m**** au covid !


Haut de page